[10/09 > 19/11] The House of Dust by Alison Knowles

Programmation cneai=

Avec A Constructed World, Bona-Lemercier & Christelle Chalumeaux, Dieudonné Cartier, Jagna Ciuchta, Tyler Coburn, Yona Friedman, Mark Geffriaud, Ramiro Guerreiro, Jeff Guess, Peter Jellitsch, Alison Knowles, Katarzyna Krakowiak, Kengo Kuma, Lou-Maria Le Brusq, Stéphane Magnin, Aurélie Pétrel, Joshua Schwebel, Daniela Silvestrin et Francisco Tropa ainsi que les artistes, musiciens, écrivains et chercheurs invités dans le cadre du programme Habiter l’Exposition. Commissaires : Sylvie Boulanger, Maud Jacquin et Sébastien Pluot

UNE MAISON DE VERRE
LE LONG D’UNE RIVIÈRE
UTILISANT TOUT TYPE D’ÉCLAIRAGE
HABITÉE PAR CEUX QUI INVITENT LES AUTRES

En 1967, Alison Knowles réalise The House of Dust, l’un des premiers poèmes générés par ordinateur. Combiné aléatoirement par un logiciel informatique, chaque quatrain représente un programme architectural commençant par « Une maison de … » suivi de propositions de matériaux, de sites, de sources lumineuses et de types d’habitants. Il en résulte 84 672 permutations possibles.

Ce poème bouleverse les principes de l’architecture fonctionnelle et perturbe les logiques du rationalisme et de la cybernétique qui devenaient omniprésentes. Il marque également une nouvelle étape dans l’histoire de la poésie concrète et des oeuvres ouvertes.

En 1969, Alison Knowles traduit l’un des quatrains sous la forme d’une architecture nomade, déplacée de New York à Los Angeles en 1970. La maison change d’usage et de peau dans chaque contexte et devient une plateforme collaborative qui suscite la création de nouvelles oeuvres, de performances, de concerts et de rencontres.

Cette exposition retrace l’histoire de The House of Dust, présente une version du poème généré par ordinateur en temps réel et invite dix-neuf artistes à interpréter les quatrains, répondant ainsi à la dimension générative du projet. Émancipés de toute planification, de tout programme, ces interprétations dans différents médias proposent autant de manières d’habiter le monde et le langage. En introduisant mobilité et organicité, elles contestent le déterminisme associé à la technologie.

Les œuvres sont des scènes ouvertes aux invitations et improvisations, à la création de communautés dans l’esprit initial d’Alison Knowles et du centre de recherche et d’expérimentation qu’est le Cneai.

PARTENAIRES : BETC, Magasins généraux, École supérieure des beaux-arts TALM Site d’Angers, École nationale supérieure d’arts de Paris-Cergy, Fondation Nationale des Arts Graphiques et Plastiques, Dispositif pour la Création Artistique Multimédia et Numérique (CNC), Centre national des arts plastiques, Artothèque du Conseil Départemental de la Réunion, Le Pavillon, département arts plastiques du Conservatoire à Rayonnement Départemental de Pantin, Le MédiaLab93, La Galerie, centre d’art contemporain, La Fonderie Darling, MAXXI, museo nazionale delle arti del XXI secolo, Mucem, Musée d’arts de Nantes, Le Voyage à Nantes, Australia Council for the Arts, L’Institut Polonais de Paris, The Austrian Federal Chancellery, Ambassade du Portugal à Paris, Camoes Instituto da Cooperação e da Lìngua, Fondation Calouste Gulbenkian – Paris, Wallonie – Bruxelles International, Fondation d’entreprise Ricard, Galerie Philippe Gravier, Galerie Jocelyn Wolff


Informations Pratiques

THE HOUSE OF DUST BY ALISON KNOWLES
DU 10 SEPTEMBRE 2017 AU 19 NOVEMBRE 2017
DU MERCREDI AU DIMANCHE
13:00-19:00

Les Magasins généraux
1 rue de l’Ancien Canal
93500 Pantin
Métro 5 : Église de Pantin